Comment préparer les céréales

Comment préparer les céréales

Tout savoir sur la préparation des céréales

Découvrez comment préparer les céréales. Les céréales occupent une place privilégiée dans le régime méditerranéen puisqu’elles sont consommées à chaque repas sous leurs diverses formes (pain, pâtes, riz, semoule). elles apportent des fibres, des vitamines et sont sources de nombreux bienfaits sur la santé. (Lire l’article sur les céréales).

La consommation des céréales complètes ou semi-complètes est préconisée pour les régimes minceur car elles contiennent plus de fibres et leur Indice Glycémique est plus bas.

Je vous ai préparé un ensemble de fiches récapitulatives pour vous apprendre comment préparer les céréales, ainsi vous connaîtrez :

le temps de  trempage préalable des céréales,
le temps de cuisson des céréales (toujours après ébullition de l’eau),
 le volume d’eau nécessaire à la préparation des céréales.

Les céréales contenant du gluten

BLE en grains

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 1 heure

Volume d’eau : 4

BOULGHOUR (blé, orge...)

 

Trempage : Non

Cuisson : 10 à 15 minutes

Volume d’eau : 2

COUSCOUS

 

Trempage : Non

Cuisson : Faire gonfler 5 mn dans de l’eau bouillante

Volume d’eau : 1

EPEAUTRE en grains

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 1 heure

Volume d’eau : 4

KAMUT

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 1 heure

Volume d’eau : 4

ORGE

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 45 minutes

Volume d’eau : 4

Les céréales sans gluten

AMARANTE

 

Trempage : Non

Cuisson : 1 heure

Volume d’eau : 2

FONIO

 

Trempage : 15 minutes

Cuisson : 10 minutes

Volume d’eau : 2 et demi

KASHA (sarrasin grillé)

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 15 à 20 minutes

Volume d’eau : 2

MILLET

 

Trempage : Non

Cuisson : 20 minutes

Volume d’eau : 2 et demi

POLENTA (maïs)

 

Trempage : Non

Cuisson : 15 minutes en remuant

Volume d’eau : 3

QUINOA

 

Trempage : Non

Cuisson : 10 à 15 minutes

Volume d’eau : 2

RIZ BLANC

 

Trempage : Non

Cuisson : 15 minutes

Volume d’eau : 2 et demi

RIZ 1/2 COMPLET

 

Trempage : Non

Cuisson : 30 minutes

Volume d’eau : 2 et demi

RIZ COMPLET

 

Trempage : Non

Cuisson : 45 minutes

Volume d’eau : 2 et demi

SARRASIN décortiqué

 

Trempage : Non

Cuisson : 15 à 20 minutes

Volume d’eau : 2

Maintenant vous savez comment préparer les céréales

Comme vous le voyez cuisiner les céréales n’a rien de compliqué, ça demande parfois un peu d’organisation pour le trempage et parfois un peu plus de temps de cuisson. Cependant les céréales vous offriront un panel de recettes quasi infini et vous vous régalerez quel que soit votre mode d’alimentation sans oublier que l’apport en céréales vous aidera à tenir votre régime minceur, tout comme les légumineuses qui feront l’objet d’un projet article.

Pour les personnes allergiques au gluten, j’ai volontairement séparé les céréales qui n’en contiennent pas pour vous montrer que l’on peut suivre un régime méditerranéen tout en ne consommant pas de gluten.

Si vous voulez découvrir des recettes sans gluten, vous pouvez visitez le site Plaisirs bio qui en proposent d’originales et de grande qualité, il me vient à l’esprit les moelleux bio de carottes au curcuma, les mini-cakes orange-amandes-patate douce sans oublier les crevettes épicées, riz et purée de patates douces, à essayer absolument.

Désormais vous savez comment préparer les céréales et vous pouvez innover et découvrir de nouvelles recettes et des céréales dont vous n’aviez pas l’habitude. Faites vous plaisir en prenant soin de votre santé.

 

Et vous ? Comment préparez-vous vos céréales ?

Faites-nous partager dans les commentaire vos petits secrets de cuisine.

 

Comment préparer les légumes secs

Comment préparer les légumes secs

Comment préparer les légumes secs pour bénéficier de leurs nombreux bienfaits.

Les légumes secs ou légumineuses sont de grandes sources de protéines sans apporter les graisses saturées que l’on retrouve dans la viande. Toutefois ces protéines manquent d’acides aminés soufrés que l’on pourra retrouver dans les céréales et les légumes verts feuillus (bettes à cardes, chou frisé, feuilles de choux vert, pissenlit, roquette…). C’est pourquoi il est intéressant de mélanger légumes secs et céréales dans nos plats, comme c’est le cas du couscous (semoule et pois chiches). 1/3 de légumes secs pour 2/3 de céréales.

Les légumes secs sont riches en glucides mais aussi très riches en vitamine B, en minéraux (potassium, fer, magnésium) et en fibres ce qui les rend rassasiants longtemps..

Les légumes secs ont aussi un Indice Glycémique bas et ne contiennent pas de gluten.

Vous allez apprendre comment préparer les légumes secs pour bien les cuisiner.

 

Comme pour les céréales, vous saurez tout sur :
  • le temps de  trempage préalable des légumes secs,
  • le temps de cuisson des légumes secs (toujours après ébullition de l’eau),
  •  le volume d’eau nécessaire à la préparation des légumes secs.

AZUKIS

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 1 heure

Volume d’eau : 2 et demi

HARICOTS BLANCS

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 1 à 2 heures

Volume d’eau : 2 et demi

HARICOTS PINTO

 

Trempage : 12 à 24 heures

Cuisson : 45 minutes à 1 heure

Volume d’eau : 3

HARICOTS ROUGES

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 1 heure à 1h30

Volume d’eau : 3

FEVES

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 1h30

Volume d’eau : 3

FLAGEOLETS

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 1 à 2 heures

Volume d’eau : 2 et demi

LENTILLES CORAILS

 

Trempage : Non

Cuisson : 10 à 15 minutes

Volume d’eau : 2 et demi

LENTILLES VERTES

 

Trempage : 4 heures

Cuisson : 30 minutes (45 minutes sans trempage)

Volume d’eau : 2 et demi

POIS CASSES

 

Trempage : 1 à 2 heures

Cuisson : 30 minutes

Volume d’eau : 2

POIS CHICHES

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 1 h 30

Volume d’eau : 2 et demi

SOJA JAUNE

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 3 heures

Volume d’eau : 2 et demi

SOJA VERT (haricots mungo)

 

Trempage : 12 heures

Cuisson : 2 heures

Volume d’eau : 2 et demi

Maintenant vous savez comment préparer les légumes secs

Préparer les légumes secs demande encore plus d’anticipation que pour les céréales car le temps de trempage peut être plus long. N’oubliez pas de mélanger vos légumes secs à des céréales pour maximiser les bienfaits de ces aliments sur la santé mais aussi pour découvrir de nouvelles saveurs, profitez-en pour tester des recettes inédites ou d’adapter vos recettes préférées.

 

Découvrez les pois cassés à la ventrèche

Je vous propose une merveilleuse recette de terroir sur le site Plaisirs bio, les pois cassés à la ventrèche, pour avoir mangé le plat qui est en photo sur la recette je peux vous dire que je m’étais régalé mais il est vrai que la cuisinière est un vrai cordon bleu.

Et en prime vous découvrirez le petit plus de Michèle pour accélérer le temps de cuisson de vos légumes secs.

pois-casses-bio-a-la-ventreche Plaisirs bio

Crédit photo : Michèle Plaisirs bio

Et vous ? Partagez avec nous comment préparer les légumes secs ? Dites-nous tout dans les commentaires, laissez parler votre imagination.

 

Faut-il encore manger des céréales ?

Faut-il encore manger des céréales ?

Devons-nous manger des céréales ?

Drôle de question sur un site dédié au régime méditerranéen où la consommation quotidienne de céréales fait partie intégrante des repas. A l’opposé, certains régimes, plus ou moins à la mode,  déconseillent de manger des céréales. Cette consommation est pourtant ancrée dans nos habitudes alimentaires depuis des milliers d’années et présente sur tous les continents :  en Europe avec le blé, en Asie avec le riz, en Amérique avec le maïs, en Afrique avec le millet pour ne citer que les plus emblématiques. Faisons donc un point sur notre consommation actuelle et surtout sur les céréales “modernes” pour mieux les connaître et pouvoir choisir en toute transparence.

Que nous apportent les céréales ? Faut-il en consommer ?  Et sous quelles formes ?

Haro sur les céréales !

Depuis quelques années les céréales sont remises en cause sous divers prétextes, l’un des plus discutables étant que nos ancêtres chasseurs-cueilleurs n’en consommaient pas et que nous n’aurions pas assez évolué pour pouvoir les métaboliser correctement dixit les divers régimes paléo.

Une autre remise en question, plus avérée celle-là, est que le gluten contenu dans certaines céréales,  serait responsable d’hypersensibilité et d’intolérance (maladie cœliaque qui détruit progressivement la paroi de l’intestin grêle). Comme vous le savez probablement le gluten est une protéine contenue dans certaines céréales (blé, avoine, épeautre, seigle, orge, kamut). Cette intolérance chronique n’est pas une vue de l’esprit, c’est un vrai problème de santé touchant plus de 500 000 personnes en France et la seule solution connue à ce jour est d’éliminer le gluten de son alimentation à vie. Si vous êtes concerné(e) par ce problème, vous pouvez découvrir de délicieuses recettes sans gluten sur le site Plaisirs bio.

Sans ces problèmes de sensibilité au gluten, devons-nous encore manger des céréales ? Pourquoi sont-elles remises en cause ?

L’industrie agro-alimentaire en cause

C’était mieux avant ! Avant quoi ? Avant la Seconde Guerre Mondiale.

D’accord je remonte un peu loin mais c’est pourtant  cette époque qui est à l’origine des changements qui nous affectent aujourd’hui. Dans les années 50 l’État a laissé toute latitude à l’industrie agro-alimentaire pour que les populations ne subissent plus jamais les affres de la famine.  Ce qui avait commencé dans le but louable de nourrir tout le monde s’est vite transformé en une course effrénée au profit, et c’est ainsi que les céréales (notamment le blé), les fruits et les légumes et le bétail ont connu des mutations qui n’ont rien de naturelles et qui sont à l’origine des dérives et des excès de l’industrie agro-alimentaire moderne mêlant pesticides, OGM, hormones de croissance et j’en passe. Bref, nous voici confrontés à une déferlante de produits industriels hautement transformés et dénaturés, qui génèrent obésité, diabète, cancers, maladie d’Alzheimer et maladies cardio-vasculaires entre autres. Ces produits envahissent les rayons des supermarchés et, par leurs prix attractifs, deviennent la norme de notre alimentation quotidienne.

Bien sûr ces pratiques ne concernent pas les seules céréales et c’est pourquoi il est recommandé d’acheter des produits non transformés (fruits, légumes, céréales, viandes, poissons) à de petits producteurs ou bio et de les cuisiner pour préserver  sa santé et retrouver la ligne.

A ce sujet je tiens à saluer l’initiative des paysans-boulangers qui cultivent les anciennes semences de blé pour produire un pain de qualité, sain et bon. Ils ne sont pas encore assez nombreux pour que nous puissions tous en profiter mais c’est une démarche salutaire qu’il convient d’encourager.

Christian Dalmasso paysan boulanger dans l’Isère (reportage France 5 “la guerre des graines”)

Que nous apportent les céréales ?

Les produits céréaliers présentent de nombreux bienfaits pour l’organisme, il apparait important de manger des céréales.
1- Les céréales contiennent des glucides complexes qui apportent de l’énergie
2- Les céréales complètes ont un indice glycémique bas qui évitent les brusques pointes de glycémie (voir article IG)
3- Les céréales contiennent des fibres

Les fibres solubles

– qui ralentissent la vitesse d’absorption du sucre par le sang

– qui procurent une sensation de satiété plus durable

Les fibres insolubles

– qui aident à réguler le transit intestinal (lutte contre la constipation chronique et la diverticulite)

– qui permettent une meilleure absorption de l’eau par le corps (meilleure hydratation)

4- Les céréales sont aussi sources de vitamines B (B6, B9 et B12), de magnésium et de fer, ce qui :

– réduit le taux de cholestérol et permet de lutter contre les maladies cardiovasculaires

– prévient l’ostéoporose

– prévient la dépression

Les céréales : un large choix de produits

 

Entre les céréales pures (les poacées) et les pseudo-céréales vous disposez d’une gamme très étendue au niveau des saveurs mais aussi de la diversité des préparations et des utilisations, si vous le voulez vous ne consommerez pas 2 jours d’affilée les mêmes céréales et vous pourrez même éviter le gluten si vous ne le supportez pas. Vous trouverez des céréales en flocons pour le petit-déjeuner (avoine, sarrasin, millet…), en farine (épeautre, riz, soja…), à cuisiner (quinoa, millet, …), en condiment (sésame).

Manger des céréales sera un plaisir sans cesse renouvelé. (Voir mon article Comment préparer les céréales)

Mangez des céréales complètes

Les céréales complètes ont plus de fibres que les céréales raffinées (notamment le blé), elles apportent plus de vitamines et de nutriments à l’organisme, plus de fibres et leur indice glycémique est plus bas. Ayez le réflexe du complet pour les pâtes, la semoule, le riz et même la farine. Pour varier encore plus votre alimentation et vos plaisirs, pensez aux grains anciens.

Redécouvrez les grains anciens

Les grains anciens présentent l’avantage d’avoir été préservés des transformations industrielles, ils sont donc plus sains que les céréales modernes que l’on consomme habituellement. Vous aurez une large variété de produits qui pourront varier vos repas et ils sont très faciles à cuisiner, à cuire et  à trouver dans le commerce.

Consommer des grains anciens permet aussi de sauvegarder ces espèces de l’oubli et de limiter l’appauvrissement des terres agricoles en diversifiant les cultures. Ces grains anciens sont aussi plus résistants à la sécheresse et aux maladies et ne nécessitent pas d’engrais, ni de pesticide.

Je vous livre une liste assez complète mais non exhaustive des grains antiques que vous pourrez trouver dans le commerce : l’amarante, l’amidonnier, l’avoine, le blé de printemps, le blé d’hiver, le chia, l’épeautre, le grand épeautre, le kamut, le kaniwa, le lin, le millet, l’orge, le petit épeautre, le quinoa, le sarrasin, le seigle, le sorgho, le teff, le triticale, le riz sauvage. A vous de les découvrir et de les incorporer dans votre cuisine pour des saveurs sans cesse renouvelées.

Comme vous l’aurez compris, la consommation de céréales est bonne pour notre ligne et pour notre santé, elles nous apportent de l’énergie, des bonnes fibres, des vitamines et des nutriments essentiels à notre organisme. Vous disposez d’un choix très étendu pour diversifier votre cuisine et varier les saveurs à tout moment de la journée, alors faites-vous plaisir et n’attendez plus pour manger des céréales complètes et innover avec les céréales d’antan tous les jours comme le conseille le régime méditerranéen.

Et vous, quelles sont vos céréales préférées ? Connaissiez-vous les grains anciens et les utilisez-vous ?

Pourquoi et comment prenons-nous du poids ?

Pourquoi et comment prenons-nous du poids ?

Chaque personne à sa propre physionomie, et tous les régimes ne conviennent pas à tout le monde. Avant de chercher comment perdre du poids, il est important de savoir pourquoi avons-nous pris du poids et comment se sont installés tous ces kilos. Les raisons de la prise de poids sont multiples, notamment par l’hérédité, par des problèmes psychologiques ou par des déséquilibres alimentaires. Et c’est ce point précis que nous allons étudier au travers de l’indice glycémique des aliments.

 Le professeur David Jenkins et l’indice glycémique

C’est le professeur David Jenkins  (Université de Toronto) qui, après plusieurs années de recherches, à découvert que chaque aliment avait un effet différent sur notre glycémie. Il a donc inventé une nouvelle mesure, l’indice (ou index) glycémique décrit dans son rapport paru en 1981. Les aliments sont ainsi classés dans 3 catégories différentes : indice glycémique bas, indice glycémique modéré, et indice glycémique élevé.

 

Qu’est-ce que l’indice glycémique ?

L’index (ou indice) glycémique mesure la vitesse d’absorption des glucides par le sang. Plus le glucose (le sucre) est assimilé rapidement, plus le corps va produire d’insuline pour réduire le taux de sucre. Ce qui va provoquer une augmentation de la faim.

A contrario, si le glucose est assimilé plus lentement, l’insuline va être libérée progressivement. La sensation de satiété dure plus longtemps. Aussi, en mangeant des aliments à index glycémique élevé, vous risquez de manger plus souvent car votre corps ne se sentira pas rassasié.

Comment se calcule l’indice glycémique ?

L’indice glycémique se calcule sur une échelle allant de 0 à 100.

  • de 0 à 50, l’indice glycémique est faible,
  • de 51 à 70, il est modéré,
  • au-delà de 70, il est élevé.

Voyons plus précisément, quels sont les aliments que nous retrouvons dans ces catégories (pour une mesure de 100 g).

L’index glycémique des aliments

Les légumes

Tous les légumes ont un IG inférieur à 50.

Il existe néanmoins des exceptions puisque le panai, ou le potiron ont des IG supérieurs à 70.

Les fruits et les fruits Secs

La plupart des fruits ont un IG  modéré, c’est à dire situé entre 51 et 70.

Mais l’on retrouve également des fruits avec un IG faible, tels que les amandes, les fruits rouges, les noisettes, l’orange, les pêches…etc.

Et des fruits avec un IG élevé, comme c’est le cas du melon, de la datte (IG 103 !), du litchi et de la pastèque.

Les viandes, les poissons et les œufs

Ces aliments contiennent très peu, voire pas du tout de glucose. Leur Indice Glycémique est donc très souvent nul. Nous parlons ici de produits naturels, non transformés.

Certains produits industriels tels que les poissons panés ou les nuggets ont un IG  modéré mais nous éviterons tout de même ce genre de produits. Ils contiennent des mauvaises graisses (graisses trans), des additifs, des conservateurs et des produits chimiques nocifs pour la santé.

Féculents, céréales et légumineuses

Les légumineuses ont toujours un indice glycémique faible.

Par contre, c’est dans la catégorie des féculents et céréales que nous trouvons le plus de variation de l’index glycémique.

Alors que le pain au seigle noir à un IG faible, le pain complet, ou le pain de seigle ont un IG modéré. Alors que le pain blanc (notre baguette nationale) a un indice glycémique élevé.

Quant aux pâtes, on optera pour des pâtes complètes ou intégrales, des pâtes aux œufs (IG 40), cuites “al dente”.

Côté riz, nous préférerons le riz complet, 1/2 complet, basmati plutôt que le riz cuisson rapide.

Pour les pommes de terre, qui font partie des féculents, l’index dépend principalement du mode de cuisson. Cuites à l’eau avec la peau, elles ont un index modéré, alors qu’en purée, frites ou au four, leur IG est proche de 100 !

Les produits sucrés

Parmi les produits autorisés dans un régime minceur, le chocolat noir à partir de 70%, a un IG faible, tout comme les compotes qu’il faudra choisir sans sucre ajouté.

La confiture, les crêpes, les croissants, les quatre-quarts ou les sodas, ont quant à eux un indice glycémique élevé.

L’épicerie salée

Pour l’apéritif, on privilégiera les cacahuètes, les noix de cajou non salées et les olives, qui ont un index faible, aux biscuits salés, chips et pizza, qui ont un IG modéré ou élevé.

Les produits laitiers.

Les produits laitiers, sauf le lait concentré sucré, ont tous un indice glycémique faible. Il est même de 0, pour le fromage de chèvre !

 

Attention aux produits industriels et raffinés, fuyez la malbouffe !

 

Lorsque l’on parle de produits raffinés, nous parlons de produits qui ont été transformés par l’homme. Notamment pour augmenter la durée de stockage, pour accélérer le temps de croissance (comme pour le blé).  L’aliment est débarrassé de ses minéraux (magnésium, phosphore, calcium), de ses vitamines, et de ses fibres par des procédés chimiques. Il n’a donc plus aucun goût naturel qui sont remplacés par les nombreux exhausteurs de goût, sucres et arômes artificiels rajoutés par les industriels.

Pour prendre l’exemple de la farine blanche et du sucre blanc, ce sont des produits raffinés qui entrent dans la composition de beaucoup de plats. (Voir mon article comment remplacer le sucre). Ces derniers ont donc un index glycémique élevé, ce qui est mauvais pour la santé, sans parler des produits chimiques ajoutés.Vous n’avez qu’à lire une étiquette de plats cuisinés ou d’un paquet de biscuits pour vous en convaincre. On n’arrive même pas à déchiffrer la composition du produit et on l’avale sans en connaître les conséquence sur notre organisme.

Tous les produits industriels contiennent aujourd’hui des aliments raffinés, des sucres, des exhausteurs de goût, des arômes artificiels, des graisses trans, des conservateurs. Ces aliments n’ont plus rien de naturel et sont nocifs à notre organisme. Cela va de la prise de poids au diabète, en passant par l’asthme, les allergies et les cancers.

Toute cette malbouffe a donc une incidence directe sur la prise de poids. C’est donc à ce niveau qu’il faut agir si l’on souhaite perdre définitivement les kilos en trop.

Vous l’avez compris, en ingurgitant ces aliments dénaturés, aux index glycémiques élevés, vous perturbez votre organisme, ce qui induit une prise de poids.

La solution ?

Reprendre en main notre alimentation et notre cuisine pour perdre du poids et rester en bonne santé. Même si on est mince on doit faire attention à soi.

Le régime méditerranéen et l’indice glycémique

Le régime méditerranéen respecte naturellement la consommation d’aliments à index glycémique faible en préconisant une grande consommation de fruits et de légumes, de fruits à coques (amandes, noix, noisettes…), de légumineuses (lentilles, haricots secs…), de céréales complètes (farine, pâtes, riz, blé, semoule…), de poisson, d’œufs et de viande maigre en quantité modérée.

 

C’est aussi pour ça que le régime méditerranéen fait maigrir, à condition bien sûr d’en suivre les principes et de manger des quantités raisonnables tout en pratiquant une activité physique régulière.

Les huiles d’olive du Moulin de Prunete

Les huiles d’olive du Moulin de Prunete

Comme vous le savez l’huile d’olive est un pilier du régime méditerranéen, elle regorge de bienfaits sur la santé, a un effet rassasiant pour les personnes qui veulent perdre du poids et sa saveur illuminera tous vos plats. A vous de choisir si vous la préférez fruitée, corsée ou douce selon l’utilisation que vous voulez en faire. Personnellement je la préfère douce ou fruitée pour accompagner un plat de pâtes tout simple avec une tomate fraîche, du basilic et un peu de parmesan, pour la salade ou le pan-bagnat. on pourra la choisir corsée, tout dépend de vos goûts et j’estime qu’il n’y a pas de règle stricte. L’huile d’olive c’est le plaisir à l’état brut, c’est un produit noble, millénaire, ancré dans les racines du bassin méditerranéen. L’huile d’olive de qualité que vous consommez est parfois issue d’oliviers centenaires voire plusieurs fois centenaires comme celles produites  au Moulin de Prunete.

Passionnés de père en fils

Le Moulin de Prunete a été créé en 1971 par Jacques Rioli, son fils Joseph lui a succédé depuis lors soutenu par son épouse Mari-té et leur fils Thierry qui lui succédera un jour. Et c’est justement Joseph et Thierry Rioli que j’ai eu le plaisir de rencontrer durant mon séjour à Cervioni, une famille de producteurs passionnés par leur métier et ne comptant par leurs heures de labeur. On n’a pas souvent l’occasion de rencontrer des producteurs et de voir dans quelles conditions est extraite l’huile d’olive que l’on va consommer dans sa cuisine et c’est une expérience, certes trop brève mais enrichissante, que je vais partager avec vous.

Joseph Rioli
Joseph Rioli

Crédit photo : gustidicorsica.com

Les meules devant le magasin de vente directe

La modernité dans la tradition

En entrant dans le moulin j’ai été surpris par la modernité des installations, j’avais toujours en tête le vieux moulin provençal avec ses meules de pierre. Les meules ont été conservées et trônent fièrement devant le magasin de vente directe Moulin de Prunete, elles sont le symbole d’un héritage millénaire de l’extraction de l’huile d’olive.

Cette modernisation, entamée en 1995 par Joseph Rioli, a commencé par l’acquisition d’une chaîne Pieralisi fonctionnant en 2 phases : huile + grignons liquide, puis a été complétée récemment par l’aménagement d’un local où des cuves en inox à température constante permettent une meilleure conservation de l’huile d’olive.

Ces investissements permettent de faire face à la demande toujours croissante et permettent de produire 400 tonnes d’huile d’olive chaque année en préservant la qualité exceptionnelle de cette huile consacrée par une Appellation d’Origine Contrôlée (A.O.C) en 2004, une Appellation d’Origine Protégée (A.O.P) en 2007 et plusieurs fois récompensée au Concours agricole général de Paris et au Concours national des huiles d’olive A.O.P de Nyons.

Le Moulin de Prunete produit deux huiles d’olive A.O.P

L’huile du Couvent de Cervione dont les olives sont récoltées au filet après leur chute naturelle d’oliviers datant de près de 300 ans et récompensée par 3 médailles d’or au Concours général agricole de Paris. “Ses caractères lui permettent de s’accommoder parfaitement avec poissons, volailles, légumes cuits, pâtisseries et desserts” (source Moulin de Prunete). Je n’ai malheureusement pas pu goûter cette dernière, mais j’espère bien en avoir l’occasion à la prochaine récolte.

L’huile du Moulin de Prunete est, elle, issue d’une cueillette sur des oliviers centenaires,  j’ai en ramener et je peux vous dire que c’est un délice, à la fois douce et fruitée, elle accompagne agréablement les crudités et les grillades mais je l’apprécie aussi sur le poisson, les pâtes et le riz. Je l’utilise froide, préférant une huile d’olive de qualité inférieure pour les cuissons, pas la peine de gâcher une excellente huile d’olive. Elle excelle sur une belle tranche de pain complet avec des tranches de tomates du jardin et quelques feuilles de basilic ciselées. (oui, je sais je mets du basilic partout et de l’huile d’olive aussi d’ailleurs)

Le moulin
Huile d'olive du Moulin de Prunete-Corse
Huile d’olive du Moulin de Prunete

L’huile d’olive doit être conservée à l’abri de la chaleur et de la lumière. Là c’était juste le temps de prendre la photo

Pour votre santé, consommez de l’huile d’olive

Savez-vous qu’en France nous ne consommons que 2 litres d’huile d’olive par an et par habitant, contre 23 litres pour la Grèce, 14 pour l’Espagne et 12 pour l’Italie ? Il est vrai que la France n’est pas que méditerranéenne et la consommation est certainement plus importante dans le Sud et la Corse que dans le reste de l’Hexagone. La France produit peu d’huile d’olive mais ce sont des huiles de grande qualité.

L’huile d’olive est bonne pour la santé, nous ne le répéterons jamais assez, elle a une action salutaire

  • contre les maladies cardio-vasculaires,
  • contre certains cancers et contre les effets du vieillissement grâce aux polyphénols et aux anti-oxydants qu’elle contient.
  • Elle est une alliée des régimes minceurs par la sensation de satiété qu’apporte l’acide oléique
  • Des études récentes mettent en avant son action bénéfique sur la mémoire par les acides gras insaturés qui la composent à 80% (les bons gras).

Nous devrions tous consommer de l’huile d’olive tous les jours, si vous trouvez l’huile d’olive trop forte en goût, privilégiez une huile douce comme celle du Moulin de Prunete. Si vous devez acheter une huile d’olive choisissez-en une de qualité, niçoise, provençale ou corse,  fruitée, corsée ou douce, selon votre goût. Mettez-y un peu plus cher, vous ne le regretterez pas, au niveau de la saveur et de la qualité. Une à deux cuillerées à soupe dans vos salades, sur vos pâtes, dans votre riz, sur vos poissons relèveront agréablement le plat.

Si vous voulez privilégier une action sur la santé, prenez-en une cuillerée à soupe le matin à jeun.

 

Pour en savoir plus sur les huiles d’olive corses, visitez le site Oliu di Corsica

Les fléaux des agriculteurs

Actuellement les oliviers doivent faire face à deux fléaux, la mouche de l’olive et la Xylella Fastidiosa  (bactérie qui empêche la sève de circuler librement dans l’arbre et le tue peu à peu), ce qui provoque une baisse de production significative et une baisse de revenu pour les producteurs déjà soumis aux caprices d’une administration européenne tatillonne et versatile.

Vous ne savez probablement pas que les règles européennes agricoles évoluent chaque année et que c’est à l’agriculteur de se tenir informé dans une documentation obscure et énorme. L’Europe qui exige des agriculteurs une stabilité à long terme n’applique pas elle-même cette directive et ses procédures outrancières n’ont d’autre but que de tuer les petites exploitations en les privant des aides financières vitales au profit de gros producteurs qui, eux, sont organisés en lobbies et influent directement sur la politique européenne pour leur propre bénéfice.

Ce que nous voulons c’est une agriculture saine, proche du peuple proposant des produits de qualité pour le meilleur bénéfice des producteurs et des consommateurs. Nous n’avons pas besoin d’une administration européenne tentaculaire qui étouffe notre tissu rural, la France est fière de ses producteurs et doit les protéger coûte que coûte, et vous, Messieurs Rioli, Piacenti et les petits producteurs que je rencontre en faisant mon marché, pouvez être fiers de votre travail. Merci à vous d’exister !

Achetez au plus près

C’est pourquoi il est impératif de soutenir nos agriculteurs et le meilleur soutien est d’acheter leurs produits. Je parle aujourd’hui de producteurs d’huile d’olive mais “acheter français” vaut à tous les niveaux, il ne s’agit pas de chauvinisme mais de jouer la carte de la proximité en consommant des produits de qualité dont on puisse être sûr, acheter vos fruits et légumes, votre viande, votre poisson, votre miel auprès de producteurs locaux lorsque c’est possible ou de producteurs artisanaux nationaux. Allez sur les marchés vous trouverez encore des producteurs qui vendent directement le fruit de leur travail et avec qui vous pourrez parler et poser des questions. si vous allez en Corse sur la costa Verde, allez faire un tour au magasin de vente directe du Moulin de Prunete, vous y serez accueilli avec la gentillesse et la générosité corse et vous pourrez découvrir de merveilleuses huiles d’olive.

Découvrez les huiles du Moulin de Prunete

si vous allez en Corse sur la costa Verde, allez faire un tour au magasin de vente directe du Moulin de Prunete, vous y serez accueilli avec la gentillesse et la générosité corse et vous pourrez découvrir de merveilleuses huiles d’olive.

Moulin de Prunete Rioli et Fils
Prunete, 20221 CERVIONE
04 95 38 01 84

 

Trouver le Moulin de Prunete

Et vous ? Où achetez-vous vos produits ?

Dites-moi dans les commentaire si consommez local et faites nous découvrir des producteurs de qualité.

 

Pour remplacer le sel en cuisine : le salinu®

Pour remplacer le sel en cuisine : le salinu®

S’il est une île méditerranéenne par excellence c’est bien la Corse ! Cet été j’ai eu le plaisir d’aller en Corse, sur la Costa Verde, où j’ai séjourné sur la plantation de monsieur Richard Piacenti, producteur de noisettes bio à Cervioni.

Cette région, célèbre dans le monde entier pour ses noisettes, m’a permis de découvrir une manière de remplacer le sel en cuisine.

Coup de gueule et cours de grammaire

Je dis bien Cervioni et non “Cervione” comme vous le trouverez sur les cartes françaises et je voudrais à ce sujet pousser un petit coup de gueule sur cette détestable manie qu’a eu l’administration française de franciser systématiquement tous les noms corses. Je ne vais pas développer un cours de grammaire mais en corse comme en italien, le “i” est la marque du masculin-pluriel et le “e” celle du féminin-pluriel. Le nom Cervioni vient des grands cerfs autrefois présents dans cette contrée. En français nous n’écririons pas “les grandes cerfs” alors laissons donc le “i” de Cervioni. La Corse a une culture multimillénaire qu’ont eu la générosité de me faire partager des amis insulaires à diverses périodes de ma vie,amis que je salue chaleureusement et pour qui j’ai une pensée particulière. Cette culture est une richesse pour tout le bassin méditerranéen et nous nous devons de la respecter.

Remplacer le sel en cuisine

Comme vous le savez il est primordial dans le cadre d’un régime alimentaire équilibré, et plus encore dans un régime minceur, de limiter l’apport en sel dans son alimentation. L’excès de sel n’est pas bon pour la santé, ce n’est pas un scoop et il existe diverses façons de remplacer le sel dans sa cuisine, à commencer par les épices et les herbes qui vont avantageusement parfumer vos plats tout en apportant leurs bienfaits naturels. Mais aujourd’hui je veux vous présenter le Salinu®.

Qu’est-ce que le Salinu® ?

Le Salinu® est un condiment à base de noisettes grillées de Cervioni (90%) et de gros sel créé par la famille Sforzini de l’Atelier de la noisette qui peut être commandé directement sur leur site.

Il accompagnera délicieusement vos grillades, vos poissons, vos salades, vos pâtes, votre riz et vos fromages frais, c’est délicieux  saupoudré sur du brocciu ou sur du fromage de chèvre frais. Osez la panure au Salinu® pour vos escalopes de veau ou de dinde mais aussi pour paner les poissons ou les légumes.

Le Salinu® se marie à merveille avec le pistou

Les recettes italiennes et niçoises incorporent des pignons au pistou qui est, je le rappelle, une pâte faite de feuilles de basilic et d’ail écrasés au pilon à laquelle on ajoute de l’huile d’olive et du parmesan fais râpé. Vous pouvez donc remplacer les pignons par du Salinu® en ajustant la dose de parmesan à votre goût. N’ajoutez pas de sel à votre préparation.

La recette pour 500 gr de spaghetti

 

.

3 grosses gousses d’ail

20 feuilles de basilic

50 gr de Salinu®

70 gr de parmesan frais râpé

huile d’olive

Pilez très finement l’ail et les feuilles de basilic, après l’obtention d’une pâte lisse y incorporer le parmesan râpé. Allongez à l’huile d’olive et ajoutez le Salinu®. Ajoutez de l’huile d’olive si nécessaire pour obtenir une pâte lisse.

Ce pistou pourra aussi accompagner la soupe au pistou.

L’Atelier de la noisette

En plus du Salinu®, Charles Sforzini et sa nièce Laurine Serra ont aussi créé beaucoup de produits de grande qualité à base de noisettes, des confiseries, des “nougats” (Nocciolina® et Nocciolina di Cervioni®), des chocolats, des biscuits, de la pâte à tartiner sans huile de palme (Nuciola), de la crème de noisette au cédrat confit (Ottobre), de la crème de noisette aux châtaignes confites (Nucciole e castagna). Je n’ai pas pu tout goûter mais je vous invite à visiter leur site et vous y trouverez de nombreuses idées de cadeaux.

Les bienfaits de la noisette

Si la noisette de Cervioni (variété fertile de coutard) est aussi réputée c’est tout d’abord pour son mode de production traditionnel et naturel mais aussi pour son goût inimitable, j’en ai ramené de mon voyage et je peux vous dire qu’elle est délicieuse et regorge de bienfaits.

La noisette est un oléagineux riche en omega 9, tout comme l’huile d’olive, qui réduit le durcissement des artères et diminue la résistance à l’insuline. Elle est aussi riche en vitamine E qui protège du vieillissement cellulaire, en fibres, en cuivre, en fer qui combat l’anémie, en magnésium contre le stress et en phosphore contre la fatigue intellectuelle.

La noisette est très énergétique (646 kcal pour 100 gr) et conviendra à merveille dans la préparation du muesli du petit-déjeuner avec les noix et les amandes (voir mon article).

Il conviendra d’en équilibrer la consommation dans le cadre d’un régime minceur, bénéfique pour la santé ne veut pas dire qu’il faille s’en gaver mais utilisée régulièrement et avec mesure, la noisette se révèle un trésor de bienfaits pour la santé.

J’ai découvert beaucoup de beaux et bons produits en Corse, tous n’entreront pas dans le cadre d’un régime minceur mais certains donneront lieu à des articles prochainement, notamment l’huile d’olive du Moulin de Prunete.

Et vous ? Comment remplacez-vous le sel dans votre alimentation ?

Partagez dans les commentaires vos astuces  pour agrémenter vos préparations.

 

Pin It on Pinterest